[Chronique] La valse des arbres et du ciel

la valse

9782226328755-j

 

La valse des arbres et du ciel

Jean-Michel Guenassia

★ ★ ★ ☆ ☆

Paru au édition Albin Michel à l’occasion de la rentrée littéraire 2016

Genres : Biographie romancée, historique, romance

QUATRIÈME DE COUVERTURE :

Auvers-sur-Oise, été 1890. Marguerite Gachet est une jeune fille qui étouffe dans le carcan imposé aux femmes de cette fin de siècle. Elle sera le dernier amour de Van Gogh. Leur rencontre va bouleverser définitivement leurs vies. Jean-Michel Guenassia nous révèle une version stupéfiante de ces derniers jours.

Et si le docteur Gachet n’avait pas été l’ami fidèle des impressionnistes mais plutôt un opportuniste cupide et vaniteux ? Et si sa fille avait été une personne trop passionnée et trop amoureuse ? Et si Van Gogh ne s’était pas suicidé ? Et si une partie de ses toiles exposées à Orsay étaient des faux ?…

Autant de questions passionnantes que Jean-Michel Guenassia aborde au regard des plus récentes découvertes sur la vie de l’artiste. Il trouve des réponses insoupçonnées, qu’il nous transmet avec la puissance romanesque et la vérité documentaire qu’on lui connaît depuis Le Club des incorrigibles optimistes.

Si la couverture avait été autrement, je n’aurais probablement jamais lu ce roman ; vous l’aurez probablement reconnue comme étant une partie de la peinture ‘La Nuit étoilées’ de Vincent Van Gogh. Je n’ai jamais eu d’attrait particulier pour la peinture en général ou même le dessin – je ne sais pas dessiner, je ne lis pas de BD ou très peu et ma seule source en dessin au quotidien sont les mangas qui sont majoritairement très réaliste. Et pourtant j’aime les belles couvertures. Celle-ci m’a tout de suite attiré au magasin (alors que je m’étais jurée de ne pas acheter de livre) et j’ai craqué. Sur le moment j’ai lu quatrième en diagonale, sans grand intérêt je dois l’avouer et ce n’est vraiment que la couverture qui a provoqué mon achat. Je n’avais même pas reconnu qu’il s’agissait d’un Van Gogh et ce n’est que plusieurs mois après, quand je me suis finalement intéressée plus au contenu qu’à l’aspect que je me suis dit « ah mais oui ! ». Je tiens à rappeler mon intérêt à la peinture proche de 0… Et pourtant depuis la lecture de ce roman je peux dire que cela a changé !

Ce roman raconte l’histoire vécue entre Vincent Van Gogh et Marguerite Gachet, tout en étant du point de vue de cette dernière. J’ai justement trouvé cette particularité très intéressante pour plusieurs raisons : tout d’abord raconter ce pan de la vie de Van Gogh par lui-même aurait été bien trop prétentieux quand les conditions sur sa mort restent toujours un mystère et sa santé mentale apparemment particulière. L’écrire du point de vue de son amante permet alors de rester plus proche de leur histoire sans donner l’impression que ce soit trop biographique. Toutefois la raison principale reste le fait que ce soit une femme. Rappelons-le, ces faits se passent à la fin du 19ème siècle où la condition des femmes n’étaient pas ce qu’elle est aujourd’hui. Cela apporte une nouvelle approche à cette histoire où l’on découvre Maguerite qui tente d’échapper à son destin de fille de bonne famille dont les choix sont dictés par son père. Son personnage est d’ailleurs très bien développé dans ce sens au début du roman.

En restant dans la temporalité, c’est aussi un autre point fort du roman : le vocabulaire employé est adapté à l’époque, de même que la façon de parler, et l’histoire est entrecoupé d’articles ou d’extraits de lettres pour donner un meilleur contexte pour ceux qui ne connaissent pas beaucoup Van Gogh ni le 19ème siècle. Notamment à travers la construction de la Tour Eiffel pour ne citer qu’un exemple. Ce qui était mon cas. Ca m’a beaucoup aidé pour visualiser l’histoire !

Au fil de ma lecture je n’ai vu ni les pages, ni le temps passer. On peut même dire que j’étais complètement absorbée par elle ! J’ai adoré découvrir cette histoire et surtout Van Gogh par cet intermédiaire, je compte même sérieusement m’acheter une biographie récente pour pouvoir distinguer les faits romancés des faits que l’on sait ou soupçonne réel. J’ai même envie d’en découvrir plus sur la peinture en général et surtout sur les peintres car, même si l’on ne s’en rend pas forcément compte, derrière chaque oeuvre se trouve une personne. On peut alors y découvrir de nouvelles significations que l’on n’aurait pas pu comprendre sans connaître le ‘background’.

Toutefois je dois préciser que même si j’ai adoré ce roman, tout n’était beau et rose ou je lui aurait attribué quatre étoiles et non pas trois. Il y avait au long de ma lecture un gros problème : des incohérences autour de Marguerite que l’on pourrait qualifier aussi de grosses maladresses j’imagine. (SPOILER, surligner pour lire : Notamment dans la relation entre son frère Paul et elle qui n’est pas linéaire, au début du roman, quand elle narre la situation en se situant après les événements de l’histoire, elle éprouve du dégoût à son égard et pourtant par la suite, quand on entre finalement dans l’histoire, elle éprouve des remords pour l’avoir abandonné. Je n’ai pas trouvé ça très logique personnellement. Ce n’est pas du dégoût qu’elle devrait éprouver si elle considère que son comportement est en parti de sa faute, du moins c’est mon avis. Il y a également eu le rêve de Marguerite qui est quasiment oublié pendant une partie de l’histoire dès que Vincent arrive alors que cela prenait une place importante dans son développement, ça m’a un peu déçue. Il revient au galop après mais quelques réflexions à ce sujet aurait été les bienvenues.) L’autre problème est la vitesse de la relation entre Vincent et Marguerite, on peut dire que j’étais carrément sur le cul… Ils sont passés de connaissance à l’amour de sa vie pour Marguerite en quelques pages seulement, j’ai halluciné. Ça manquait cruellement de détails. Si bien que j’ai dû m’arrêter de lire ce jour là car j’ai horreur des événements qui vont vite en besogne.

J’ai, malgré ce fâcheux détail, beaucoup aimé ce roman, et je recommande ce livre à tout ceux qui souhaite en connaître plus sur Van Gogh sans passer par la lecture d’une biographie classique ! Mais aussi à ceux qui s’intéresse à la condition féminine de la fin du 19ème. Je vous laisse un extrait ci-dessous pour apprécier la plume de l’auteur :

« J’ignore de quoi demain sera fait, si mon imagination, mon espoir me joueront un vilain tour, et si je m’enflamme inutilement, mais cette incertitude, ces rêves en suspension, ce pied qui traîne au bord du précipice me trouvent calme, presque sereine, comme si je ne faisais qu’accomplir mon destin et qu’il soit vain de vouloir y échapper. Je n’ai aucune intention d’être raisonnable, ni envie de brider l’élan de mon cœur, et encore moins d’assumer la destinée qui m’était tracée ; je veux, au contraire, faire ce qui est en mon pouvoir pour découvrir la lumière, et tant pis si cela doit m’aveugler, j’ai la sensation de me réveiller d’un long engourdissement, de respirer enfin, et d’être devenue moi-même. »

Et vous, avez-vous envie de découvrir ce roman ? Pour la couverture comme moi, ou pour son contenu ? Si vous l’avez déjà lu, n’hésitez pas à partager avec moi votre avis, je serais ravie d’en discuter avec vous !

J’espère que ma première chronique vous aura plu, je n’ai pas l’habitude d’écrire dans ce contexte et que ce n’est pas trop brouillon ! Si vous avez des conseils ou autre, je suis toute ouïe ! 😉

À très bientôt, Flo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s